Chronique de l'Evêque sur RCF

Publié le par AS

Nous reportons ici la chronique de Mgr Jean-Michel di Falco, diffusée sur les ondes de la radio diocésaine RCF, le 3 mars 2005.

 

 

A l’occasion du 40ème anniversaire du décret conciliaire « Inter Mirifica » sur la Communication, je voudrais vous inviter à fabriquer vos pro­pres images.

 

Là, maintenant, fermez les yeux quelques instants si ça vous aide et imaginez, imaginons ensemble.

 

Imaginons la France, sans clochers parce que sans égli­ses. Quelques maisons dispersées ici et là, rarement regroupées. Pas vraiment de villages parce que les habi­tants ne seraient pas venus blottir leurs maisons au pied de leur église.

 

Imaginons, imaginons encore.

 

Que seraient Paris, Chartres, Amiens, sans leur cathé­drale ! La Bretagne sans ses calvaires, la Normandie sans le Mont-Saint-Michel, Lyon sans Fourvière, Marseille sans sa Bonne Mère

 

Et ce n’est pas tout.

 

Imaginons ce que serait la vie spirituelle, intellectuelle et culturelle de notre pays sans Bible, ni livres religieux sur les rayons de nos bibliothèques et de nos librairies ?

 

Que serait la musique si disparaissaient toutes les oeuvres musicales d’inspiration religieuse ?

 

Que seraient les grands musées du monde si étaient décrochés tous les tableaux, détruites toutes les sculp­tures qui se réfèrent à un événement religieux ?

 

Que seraient, plus simplement, nos kiosques à jour­naux si, parmi beaucoup d’autres titres, ceux de la presse chrétienne n’y trouvaient plus leur place.

 

Mais j’arrête ici la description de ce triste paysage qui serait révélateur d’une apparente absence celle de Dieu.

 

C’est ce paysage-là qui s’offrirait à nos yeux si, avant nous, des chrétiens – au prix de quels efforts ! – n’avaient construit, dans le village le plus isolé jusque dans les grandes métropoles, chapelles, églises et cathédrales, si des écrivains, des peintres, des sculpteurs, des musiciens, des journalistes n’avaient créé pour tous ce qui alimente aujourd’hui notre vie spirituelle, culturelle, intellectuelle.

 

Eh bien, quel paysage croyez-vous que nous offrirons aux générations futures si les chrétiens manquent le rendez-vous des médias ?

 

Nos ancêtres ont bâti des églises et des cathédrales de pierre, les chrétiens aujourd’hui ont à bâtir des « cathé­drales médiatiques ». C’est-à-dire se donner les moyens d’être témoins du Christ dans les médias.

 

Dans le fantastique développement que connaissent les médias, quelle place pour Dieu ? Qui fera retentir sa parole hors des communautés chrétiennes ?

 

Chaque fois que les chrétiens sont sollicités pour venir en aide à ceux qui ont faim, ils font preuve d’une grande générosité et c’est heureux.

 

Mais il ne faut pas oublier cette parole du Christ : « L’homme ne se nourrit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».

 

A cette faim-là aussi, nous devons répondre. Les médias peuvent nous aider.

Saurons-nous relever ce défi et bâtir ensemble les cathédrales médiatiques du XXIème  siècle ? La réponse vous appartient.

Publié dans Archives

Commenter cet article