La Croix de La Providence

Publié le par AS

Situé à l’angle des rues Guillaume Farel et Ernest Cézanne et présenté en novembre et décembre 2007 par Le Dauphiné Libéré et Alpes-et-Midi, le calvaire de La Providence (couvent vendu par les religieuses à la mairie de Gap) raconte une partie de l’histoire de Gap au XIXème siècle.

undefined


Sa croix de métal provient d'un monument qui se trouvait « au rondeau des Cordeliers », près de l'actuel rond-point du Cèdre, paroisse de Saint-André lès Gap. Elle y est édifiée en 1824, en mémoire d'une mission donnée l'année précédente par les Oblats de Marie immaculée. Ceux-ci avaient, alors, une maison à Notre-Dame du Laus sous l'égide du père Eugène de Mazenod.

undefined


En 1882, cette croix, alors sur le domaine public, est démontée et remplacée par une fontaine. Elle est déposée au Saint-Coeur de Marie jusqu’en 1897. Cette année là, sont décidées une mission et la « réédification de la croix de la mission de 1823 », afin de permettre la réorganisation paroissiale après l'ouverture au culte de la cathédrale de Gap. Quatre prêtres des Oblats de Marie immaculée prêchent cette mission, à partir du 21 mars, selon une chronique diocésaine. Parmi eux, le père Fillatre qui avait déjà prêché durant le carême de 1896. C'est le jeudi saint, 15 avril 1897, qu'une procession présidée par Mgr Berthet, conduit la croix de 1824 au pré Paul, une parcelle « détachée » de la propriété de La Providence. Auparavant, à la fin de la messe à la cathédrale, un crucifix est remis à chaque chef de famille, selon l’hebdomadaire La Croix des Hautes-Alpes. Après la bénédiction du calvaire par Mgr Berthet, le père Garnier, qui dirige la mission, donne une instruction sur « le rôle pacificateur et bienfaisant » de la Croix dans le monde. Le chroniqueur de l'évêché insiste sur la fréquentation importante de cette bénédiction après le succès populaire de la mission, notamment auprès des hommes.

undefined


Il faut souligner que Mgr Berthet, tout au long de son épiscopat (1889-1914) se montre particulièrement favorable à la congrégation de La Providence. Quelques mois avant la mission de 1897, il consacre la chapelle du couvent, le 25 août 1896. 10 ans après la mission, ce sont les appartements de l'aumônier des religieuses qui accueille l'évêque de Gap contraint de quitter le palais épiscopal de la place Saint-Arnoux après l'adoption de la loi de 1905.

undefined

undefined

1937 et 1947, dates inscrites sur la croix, comme 1956, sont des années de missions pour la cathédrale de Gap. Cette croix, placée face à l'octroi de la route de Veynes, marque aussi un carrefour. Son édification est également une manière de marquer l'achèvement de ce quartier que l'installation de la congrégation de la Providence a très profondément marqué.

                        Luc-André Biarnais

                        Archiviste du diocèse de Gap

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article