Bénédiction de l'orgue d'Embrun (textes et photos)

Publié le par AS

« Voici que des Mages venus d’Orient arrivèrent de Jérusalem et demandèrent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître… Nous sommes venus nous prosterner devant lui. » « Tombant à genoux, ils se prosternèrent devant l’enfant. Lui ouvrirent leur coffrets et lui offrirent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

 

undefined


Les Mages, personnages célèbres et pourtant inconnus, nous entraînent dans leur sillage d’errance et de recherches. Ils nous invitent à l’attitude d’adoration… Difficile d’adorer quand tout chercherait à nous faire croire qu’il est de notre pouvoir… d’être le plus fort, le plus riche, le plus beau… L’adoration est à inscrire au registre de la gratuité… L’adoration s’exprime dans le geste de l’offrande, du don, de l’amour…

L’enfant de Bethléem n’avait que faire, j’imagine, de cet or, de cet encens, de cette myrrhe… A une autre époque, il aurait pu les mettre dès le soir même aux enchères sur E-bay… Cela lui aurait permis d’acquérir des choses plus utiles, plus passionnantes de l’ordre de la satisfaction d’un plaisir immédiat et non de l’ordre de l’infini de l’offrande.

undefined


Il en est ainsi de l’art… de la beauté… Cette cathédrale d’Embrun en est une belle figure… Ne pensons-nous pas que les hommes et femmes du XII° avaient d’autres besoins à satisfaire que de se lancer dans une telle construction ? Ne pensons-nous pas qu’au XV° et au XVIII°, on aurait pu mettre dans d’autres projets plus vitaux l’argent de la création de ces orgues dont celui d’aujourd’hui porte encore les traces. Mais les hommes de ces époques avaient compris que l’être humain a besoin de beauté pour s’élever lui-même quand il se met à chanter la Gloire de Dieu… Les hommes et femmes des siècles derniers avaient compris qu’ils se réalisaient dans leurs œuvres artistiques… Monuments historiques dont l’embrunais peut s’enorgueillir, peintures murales des Hautes-Alpes que l’on vient découvrir du monde entier, chants et œuvres musicales… nous ont été donnés en héritage… pour la Gloire de Dieu et pour le salut du monde. L’orgue, devenu au cours de l’histoire instrument de concert, est en Occident l’instrument de musique liturgique par excellence. Il n’est pas là seulement pour faire beau et faire bien… il est acteur liturgique au même titre que la chorale, les lecteurs et animateurs… Acteur liturgique, il l’est quand il interprète des œuvres du répertoire adaptées au temps liturgiques… Acteur liturgique, il l’est encore quand il soutient le chant de l’assemblée, au service de la foule et non pour s’imposer à elle… Acteur liturgique, il l’est tout autant dans les improvisations portant à son épanouissement la prière de l’assemblée par des préludes, des interludes et des postludes. Ces improvisations viennent donner de la respiration à l’action liturgique … en conduisant au silence, à la louange, à la méditation. St Paul n’invitait-il pas les chrétiens de la ville de Colosse à « Chantez à Dieu votre reconnaissance, par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés par l’Esprit ». L’humanité ne peut pas se passer de la beauté ni de l’art que ce soit architecture, statuaire, peinture, vitraux, musique et chant…

undefined


Gérard, il te revient la mission d’être l’organiste titulaire de cet orgue restauré. Tu es chargé de favoriser la rencontre du peuple rassemblé avec Dieu, son Seigneur. Les paroles rituelles ne trouvent leur forme parfaite que dans l’art et la beauté, précise la charte des organistes.. Le musicien d’église ne fait pas qu’apporter un supplément de décoration, il assume une véritable fonction ministérielle. " la musique sacrée a, en effet, pour but premier, que Dieu soit glorifié, et les hommes sanctifiés. " C’est pourquoi tu recevras une lettre de mission de la part de notre évêque.

undefined


La multiplicité des sons de l’orgue et l’aptitude de l’organiste à les réunir dans de multiples harmonisations fait de cet instrument le symbole vivant de l’unité, de la communion dans la diversité. Toute communauté est appelée à adorer, telle les Mages, le Seigneur et à chanter sa Gloire dans l’harmonie sans cesse ré-accordée les uns aux autres. L’orgue est cet instrument dont l’ampleur et l’ancrage sont le symbole du ‘Christ roc’ dont la fidélité est éternelle. Au bord de la mer, on parlerait de Dieu à la manière du psalmiste comme étant le Rocher mais ici, à Embrun, on sait ce que c’est que de s’établir sur le Roc. L’orgue est cet instrument très sensible à son extérieur, aux variations climatiques et de température. Il rappelle par là à la communauté qui chante à son diapason qu’elle doit aussi être sensible au monde et à l’entourage dans lequel elle vit… S’il faut ré-accorder l’orgue régulièrement, la communauté des fidèles doit se souvenir qu’il lui aussi se ré-accorder au souffle de l’Esprit… Ce souffle, frappant les sifflets des tuyaux, les fait jouer chacun selon leur jeu, selon leur note dans une harmonie profonde préparant l’accord parfait, résonnant en point d’orgue.

undefined


Debout ! Jérusalem, elle est venue ta lumière..

Debout ! Région Embrun et au-delà, Tu verras, tu seras radieuse… ton cœur frémira et se dilatera…

Nous sommes là, à l’instar des Mages, pour adorer et nous prosterner… La Sainte Vierge invitait Benoîte à la louange comme nous l’a rappelé le Père Oddon au début de la célébration.

undefined


Peuple fidèle, au son des instruments, chante la Gloire de Dieu , celui dont le psaume 71 nous faisait souvenir comme étant celui qui délivre le pauvre et le malheureux sans recours, celui qui a souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie… Celui-là, aussi, a le droit de voir son cœur s’élever à l’écoute de l’orgue pour la Gloire de Dieu et ainsi retrouver un peu de sa dignité, pour le salut du monde.

                                                     Père Félix Caillet
                                                     Vicaire Général


Mot d'accueil de l'évêque de Gap :

J’aimerais vous dire que je suis tout particulièrement heureux d’être parmi vous ce matin pour la bénédiction de l’orgue. Je sais que vous attendiez ce jour depuis longtemps et avec impatience. Le voici afin arrivé, ce jour, avec un orgue magnifiquement restauré. Bientôt il fera entendre sa voix et résonnera à nouveau sous les votes séculaires de cette cathédrale.

undefined


La bénédiction d'un orgue nous révèle le rôle que tient cet instrument dans la liturgie de l'Église et le sens qui est donné à son jeu.

L'orgue est le symbole de l'Église et même de l'Eucharistie. Comme l'assemblée, il est fait de membres différents et complémentaires : des petits et des grands, des graves et des aigus, des éclatants et des discrets... Bien plus, en étant un seul instrument fait d'une multitude de tuyaux, il est l'image de l'eucharistie qui est un seul pain fait d'une multitude de grains.

On raconte que dans une cathédrale d’Europe, un organiste vit arriver un jour un homme en guenilles et d’une allure douteuse. Ce dernier demanda à l'organiste la permission de jouer. L'organiste, après beaucoup d'hésitation, le lui permit. À la surprise de l'organiste, cet étranger fit retentir dans la cathédrale une musique glorieuse, extraordinaire et d'une douceur incomparable. Quand il eut fini, l'organiste lui demanda qui il était. L’étranger répondit : Félix Mendelssohn. Celui-ci était un grand compositeur allemand du siècle dernier. L'organiste se dit alors: «Et dire que j'aurais pu ne pas laisser le maître jouer».

Jésus passe dans nos vies. Sommes-nous toujours assez attentifs pour le laisser jouer sur la console de notre vie. Il vient à notre rencontre dans la prière, dans sa Parole, dans les sacrements, dans nos frères et soeurs. Souvent, on lui donne ni l'attention, ni le temps, ni la place qui lui revient.

Au début de cette célébration demandons lui de savoir le reconnaître, lui, le grand organiste de nos vies. Lui seul peut nous permettre de révéler en plénitude les dons reçus pour faire chanter notre vie et celle de ceux qui nous entourent. Demandons lui pardon pour ne pas avoir su déployer toutes les mélodies que nous portons en nous à cause de nos infidélités.

                                       Jean-Michel di Falco Léandri
                                       Evêque de Gap

Publié dans Actualité

Commenter cet article