Installation du Père François BEDIN

Publié le par AS

« Toi, l’homme de Dieu, cherche à être juste et religieux, vis dans la foi et l’amour, la persévérance et la douceur. Continue à bien te battre pour la foi  Tu obtiendras la vie éternelle. »  Voilà les mots que Paul, s’adressant à Timothée, écrivait pour toi, François, pour ce 30 septembre 2007 !

Antoine Chevrier, prêtre lyonnais fondateur du Prado nous a laissé cette note : « Ces gens sont devenus mes amis mais sont-ils devenus amis du Christ ? » Il y a de la gravité dans cette question. Tu as certainement le souci de créer des relations d’amitié avec cette population que tu reçois par ton évêque comme un don d’Amour. Mais tu sauras aussi amener chacune et chacun, avec discrétion et délicatesse, à découvrir de quel Amour il est aimé, à connaître le Christ pour l’aimer en retour et le célébrer. Tu sauras donner à voir celui que personne n’a jamais vu et que personne ne peut voir,   Celui à qui revient honneur et puissance éternelle.  Tu sauras donner à rencontrer Celui qui illumine une existence et lui en donne tout son sens. Tu sauras donner en nourriture Celui qui a vécu l’Amour jusqu’à l’extrême. Tel est le mystère de Dieu, tel est le mystère de l’homme révélé !

Ce message, il est aussi pour celles et ceux qui vivent tranquilles dans les Jérusalem de France, celles et ceux qui se croient en sécurité sur les montagnes des Hautes-Alpes. Ce message est à révéler à celles et ceux qui bâtissent leur existence dans l’insouciance et l’égocentrisme exacerbé.   Tu auras aussi à réveiller la vigilance de tes frères et sœurs. Tu auras à re-susciter en eux l’ardeur à dépasser les divisions et les querelles pour vivre en communion d’Amour. 

Frères et Sœurs de Tallard, Châteauvieux, Fouillouse, Sigoyer et les Tourniaires-Venterol, nous avons reçu à Pentecôte 2007 des orientations pour nos communautés et notre vie de baptisés engagés à la suite du Christ. Elles nous sont données pour nous sortir de notre tranquillité et de notre torpeur.  Habitués à consommer, nous le sommes que trop dans notre quotidien. On ne peut être « consommateurs » dans l’Eglise même si parfois nous rêvons que s’installe chez nous un hypermarché du religieux.

On pourrait alors déposer dans son caddy personnel un paquet de sacré, un litre d’eau bénite, quelques petites prières toutes faites pour les jours au cas où,  quelques DVD de messes télévisées, un recueil d’adresses internet où l’on puisse contacter un prêtre en permanence selon les besoins. Pardonnez-moi et oubliez vite mon impertinence. Il nous faut laisser l’Esprit redonner du souffle à nos communautés. Ce n’est que dans la mesure où elles seront vivantes  qu’elles donneront envie de les rejoindre. La parabole de Lazare et du mauvais riche  met en évidence cette vérité simple : une communauté croyante ne se reconnaît qu’à l’Amour et au partage… Tant qu’un seul frère reste dans le besoin, l’Amour est encore à accueillir. Une communauté divisée ne peut pas porter le témoignage de la Communion.  Comment voudrions-nous que des jeunes s’y sentent bien si nos assemblées et nos communautés sont tristes à en mourir et vides de toute Présence ? Une communauté vivante de la Parole de Dieu révélée par l’Esprit ne peut que donner envie ! Alors des jeunes dans leurs élans et leur générosité s’engageront corps et âme.  Les vocations ne jailliront pas que par nos seules prières … mais que si elles se traduisent en actes et en vérité. 

Un être juste et religieux attire !

Un être pardonné et réconcilié devient cairn sur les chemins du pardon !

Un être profondément heureux et habité par la joie intérieure fait que l’on se trouve bien en sa compagnie.

Un être habité d’une autre Présence ou de la Présence du Tout Autre est un être lumineux conduisant à La Lumière, à Celui que personne n’a jamais vu et que personne ne peut voir !

Une communauté transfigurée par l’Amour du Christ est louange à la Gloire du Père et sacrement de salut pour nos sociétés humaines. Les grâces seront données là où l’on croit à l’Amour, là où l’on s’ouvre à l’invisible, là où le pardon est plus fort que la haine, là où le cœur a soif de la Parole, là où il y a place à la contemplation et à la prière, là où l’Eucharistie porte tous ses fruits et donne toutes ses grâces.

François reçois comme don de Dieu ces communautés baptismales.

Frères et sœurs dans le baptême recevez comme un Père, François qui vous est donné par notre Evêque comme Pasteur à l’image du Christ.

                            
Père Félix Caillet
                             Vicaire général

Pour revenir à l'article, cliquez ici.

Publié dans Actualité

Commenter cet article