Mardi 1er novembre, les catholiques fêtent tous les saints

Publié le par AS

Le 1er novembre, jour de la Toussaint, les catholiques fêtent tous les saints, connus et inconnus. La Toussaint exprime la joie et l'espérance chrétiennes : elle rappelle à chacun qu'il est personnellement appelé à la sainteté, à l'instar des saints célébrés ce 1er novembre. La Toussaint rappelle aussi que la mort est une réalité qu'il est nécessaire et possible d'assumer puisqu'elle est un passage à la suite du Christ ressuscité.


Un cimetière de montagne, au-dessus du lac de Serre-Ponçon

Les saints connus sont ceux qui ont été déclarés tels, officiellement, à l'issue d'une procédure, dite de "canonisation". Le point de départ de cette démarche réside dans la réputation de sainteté qui entoure la mémoire d’un défunt. L'Église examine sa vie, ses écrits, etc. Si les conclusions de l'enquête confirment sa réputation, l’Église le canonise, c'est-à-dire le déclare saint : elle considère que le défunt peut être désormais proposé comme modèle spirituel et humain.

Le 1er novembre, l’Église honore également les saints anonymes, tous ceux qui ont vécu dans la discrétion au service de Dieu et de leurs contemporains.

Le passage de l’Évangile lu et médité lors de la messe de la Toussaint est le célèbre texte des Béatitudes (Matthieu, V, 1-12a), qui propose des attitudes de sainteté : la confiance en Dieu, la pureté de cœur, la douceur, la quête de la justice et de la paix, la force dans l’épreuve.


Des tombes fleuries pour commémorer les morts de nos familles

Le lendemain, 2 novembre, est le jour de prière pour les défunts. Après avoir célébré dans l’allégresse la fête de tous les saints, les catholiques prient plus généralement pour tous ceux qui sont morts.

Les origines de la fête de la Toussaint remontent aux premiers siècles. Il s'agissait alors de célébrer la mémoire de tous les martyrs dont le nom était inconnu et qui, de ce fait, ne pouvait avoir de fête particulière. Au début du VIIe siècle, le pape Boniface IV déclare le 13 mai "Fête de tous les saints martyrs". Elle devient la fête de tous les saints au moment où elle est transférée au 1er novembre par le pape Grégoire VII (XIe siècle).

La messe de la Toussaint sera célébrée dans tous les secteurs paroissiaux des Hautes-Alpes. Ces horaires sont indiqués sur le serveur vocal Messesinfo joignable au 0 892 25 12 12 ou sur internet (cliquez ici). A Gap, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque du diocèse, célébrera la messe à la cathédrale à 10h30.



Bénédiction des tombes dans les Hautes-Alpes
Dans beaucoup de paroisses du diocèse de Gap, la messe de la fête du 2 novembre, ou déjà à la Toussaint, se termine, après la communion, par la procession des fidèles avec le prêtre pour la bénédiction des tombes au cimetière. Par exemple, en Gapençais à Neffes ou à Châteauvieux, ou, en Queyras, à Arvieux, St-Véran, Molines,… A chaque Eucharistie, nous prions le Seigneur pour nos frères défunts. Le 2 novembre ou à la Toussaint, cette procession dans la prière et la bénédiction au cimetière manifestent bien notre chemin de vie et de foi, ensemble, vers la plénitude du Royaume. Nous confions nos frères défunts au Seigneur pour qu’Il les accompagne sur le chemin de la Résurrection. 


Source : Conférence épiscopale de France

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article