Le Centre culturel Saint-Louis de France

Publié le par AS

Depuis sa création au lendemain de la guerre, le Centre culturel Saint-Louis de France est une structure sans équivalent, conçue d'emblée pour que clercs et laïcs, français, romains ou venus du monde entier s'y rencontrent et s'y sentent également chez eux. Une aventure qui se poursuit depuis 60 ans.

La défaite des troupes de l'Axe à peine consommée, la France renaissante reconstruit son réseau diplomatique. Jacques Maritain, qui avait émigré aux Etats-Unis pendant le conflit, est appelé par le Général de Gaulle pour devenir Ambassadeur de France près le Saint Siège. Cette nomination est symbolique: le philosophe, au sortir de la seconde guerre mondiale, représente un catholicisme à la fois fidèle à la tradition romaine et respectueux de la laïcité et de la démocratie française.

Pressentant l'importance de la dimension culturelle dans les relations avec le Saint-Siège, Jacques Maritain décide de doter son Ambassade d'un centre et d'un service culturels afin de permettre une meilleure diffusion de la culture française dans toute sa diversité et de témoigner de la présence française dans la Rome ecclésiastique. Il s'agit alors de " représenter et diffuser la pensée et la culture chrétiennes d'origine française auprès des personnes de toutes nationalités en résidence à Rome ; mais aussi faire connaître la pensée et la culture de la France laïque aux clercs et religieux de tous pays ". (Jacques Maritain) C'est dans cette perspective qu'est fondé en 1945 le Centre culturel Saint-Louis de France.

Son premier directeur est le père Félix Darsy, dominicain, archéologue réputé, recteur de l'Institut Pontifical d'Archéologie Chrétienne. Il est aussi conseiller culturel à l'Ambassade de France près le Saint-Siège, une double fonction que garderont ses successeurs. Le lieu retenu pour installer le nouveau Centre Saint-Louis de France, lieu qu'il occupe toujours, est situé entre la Place Navone et le Panthéon : une aile du Palais Saint-Louis, lui-même bâti sur les vestiges des thermes de Néron et offert à la France en 1584 par Catherine de Médicis.

Au delà d'une représentation culturelle générale de la France, le centre culturel Saint-Louis de France a dû concilier une tradition française double (laïque et catholique) et en apparence contradictoire. Cette spécificité le différencie de tous les autres centres culturels français à travers le monde et le préserve des tentatives de dissolution. En soixante ans d'existence, il traverse les moments clés de l'histoire de l'Eglise, de la France et du monde, et représente l'évolution de la vie intellectuelle française dans un des lieux les plus ouverts au développement d'une pensée universelle.

En effet, loin de se limiter au public ecclésiastique et catholique, la mission du Centre Saint-Louis s'est trouvée complétée par de multiples dimensions culturelles, et s'étend aujourd'hui à un large public romain.

Les travaux de ces dernières années (2000 et 2005) ont permis de mettre en place un meilleur accueil et la rénovation de la bibliothèque et de l'auditorium ainsi que la création d'un théâtre et d'un espace jeunesse en bibliothèque. L'affluence du public atteste de la réussite de ces initiatives. 2000 personnes fréquentent en permanence les locaux du Centre selon les activités: cours de langue (français et italien) adaptés à tous les niveaux, école de théâtre, visites guidées pour adultes et pour enfants, expositions, projections cinématographiques, conférences, concerts, débats… Sa bibliothèque dispose de plus de 50.000 volumes et de 120 périodiques, un vaste et riche éventail qui va de la littérature enfantine aux ouvrages universitaires de référence. Dernière mutation, son service de cours s'est rapproché de l'Alliance française de Rome pour former le " Centre linguistique français de Rome " .

La diversification de ses activités culturelles et pédagogiques témoigne du dynamisme de l'institution et s'inscrit dans un souci permanent de satisfaire un public toujours plus nombreux et exigeant, tout en respectant au mieux la mission originelle.

Source :
http://www.saintlouisdefrance.it

Publié dans Archives

Commenter cet article